Du "déconfinement" ...

 

Le 28 mars 2020 Olivier Guyonvarch, consul de France à Wuhan, annonçait sur LinkedIN un nouveau degré du processus de « déconfinement », la réouverture du métro, en postant plusieurs images dont celle-ci

 

Éditée et signée par Quotidien du Yang Zi (Cháng Jiāng rì bào 长江日报)

 

Il s’agit d’une notification usuelle sur la conduite à tenir dans les transports en commun.

Les trois premières lignes de cette affiche déclinent une triple injonction :

dài kǒu zhào
porter bouche masque
yōng
ne pas se rassembler se bousculer
shǒu wèi shēng
main protéger le vivre

 

Porter un masque sur la bouche

Ne pas se serrer les uns contre les autres

Hygiène des mains

Jusque là rien que de très banal sauf à remarquer wèi shēng  卫生,  le joli binôme pour écrire en chinois le mot « hygiène » qui en français nous vient tout droit du grec : hugieinon : santé. Il est composé du mot « vivre » (shēng 生, un bourgeon qui sort d’une branche montrant que l’arbre est bien vivant) et du mot wèi 卫 (simplification moderne de 衛) signifiant : défendre, garder, protéger.

L’hygiène, c’est ce qui «protège la vie».

Mais le plus important se trouve dans l’avant dernière ligne de cette affiche, plus particulièrement dans les trois mots qui la terminent et dont l’importance est soulignée par le fait qu’ils sont placés entre guillemets: « 九字诀 » jiǔ zì jué.

Tout ce qui précède indique simplement que ce « 九字诀 » jiǔ zì jué est adressé aux utilisateurs du métro !

Le premier idéogramme, 九 jiǔ, est un nombre, c’est le chiffre 9, le chiffre du grand yang, à forte consonance de puissance impériale (dans la cité interdite, toutes les portes sont garnies de neuf rangées de neuf clous jaunes). Le second, 字 zì, signifie : mot, idéogramme. Quant au troisième, 诀 jué, c’est un mot très particulier.

Il est formé de la combinaison  du signe général de la parole (讠abréviation usuelle de 言 yán) et du mot guài  夬 dont le sens général est : décréter, trancher, agir de façon décisive et résolue.

C’est à ce titre que cet idéogramme est le nom du 43° hexagramme du Yi Jing :

SE MONTRER RÉSOLU

« Yi Jing Le livre des changements » Albin Michel 2002
Calligraphie CHEN Dehong

Cet hexagramme montre un mur de cinq traits yang (continus) au sommet duquel un unique trait yin (redoublé) dessine une trouée. Comme on ouvre une brèche pour que s’écoulent les eaux d’un fleuve dont la montée devenait menaçante, c’est en rétablissant résolument une relation plus équilibrée entre yin et yang que l’accumulation peut se déverser et la tension se résoudre.

Le 诀 jué est donc une « parole décisive ». Si aujourd’hui, en chinois usuel, son sens s’est un peu affadi (formule, truc, recette), à l’époque impériale, il désignait « une formule merveilleuse, orale ou secrète, porteuse d’un enseignement spirituel profond » (Dictionnaire de l’Institut Ricci).

Renforcé par le choix du qualificatif « jué » et par sa composition en 9 idéogrammes, l’impérieuse nécessité de cette triple injonction sanitaire prend une force d’une toute autre importance.

Pour nous aussi l’heure du déconfinement sonnera un jour, mais ce jour-là on n’ira pas tous danser ensemble sur les Champs Élysées.

Comme les paliers de décompression, cela se fera par étapes successives durant lesquelles il faudra, de façon résolue, continuer à pratiquer les gestes barrière.

Cyrille J.-D. JAVARY, à Paris, avril 2020