Formules mantiques

Les formules mantiques sont une des grandes particularités du Yi Jing. Le nom qui leur a été donné en français dérive du grec mantikos qui est relatif à la divination est relativement approprié puisque ce sont des termes que l’on trouve déjà sur les carapaces de tortues.

Dès l’origine, ce sont des notations techniques servant à préciser la qualité particulière d’une situation, le type de difficulté qu’elle recèle, ou le genre de stratégie qu’il convient d’adopter.

Texte primitif du Yi Jing, les formules mantiques tranchent sur le reste du texte canonique des hexagrammes, comme si les phrases qui les entourent étaient une sorte de commentaire explicatif de ce noyau originel.

Le Texte Canonique du Yi Jing, c’est à dire les Jugements et les Textes des traits des 64 hexagrammes, à l’exclusion des Commentaires Canoniques (dont la Grande Image et la Xè Aile), forme un ensemble de 4084 idéogrammes. Parmi ces 4084 idéogrammes, on en recense 984 mots différents.

Ces 984 mots sont divisés en deux groupes clairement distincts:

Les mots propres à chaque situation type

Les mots communs à l’ensemble des 64 situations-type.

Ce sont ces derniers qui sont appelés les formules mantiques.

Trois caractéristiques les différencient nettement du Texte Canonique :

 

Les formules mantiques sont en nombre restreint, alors que le texte des hexagrammes foisonne :

D’objets : chariots, lits, vases, armes, etc.

D’animaux : réels, domestiques, mythologiques

De situations : rituels religieux, audiences de cour, scènes de chasse, etc.

Les formules mantiques sont répétées à l’identique tout au long du texte, indépendamment de l’hexagramme ou de la ligne où elles sont placées, alors que le texte de chaque hexagramme est caractérisé par un décor particulier, un vocabulaire spécifique.

Les formules mantiques sont modulés par un système normatif serré et précis valable pour toutes le formules mantiques, quelles qu’elles soient. Donc la signification des formules mantiques est à trouver en combinant deux regards :

La compréhension des caractères chinois qui les écrivent

La qualité commune entre les différents endroits (hexagrammes, lignes) où une même indication a été placée par ceux qui ont choisi de les placer ici ou là.

L’ensemble des formules mantiques peut être regroupé en deux grandes catégories :

Les expressions symboliques

Les termes mantiques

Les expressions symboliques sont des phrases et des mots courants qui ont en un sens particulier dans le contexte du Yi Jing, tel que par exemple :

  • Aller voir quelqu’un d’envergure
  • Passer le grand fleuve
  • Avoir où aller
  • Ne pas agir
  • Épouser la femme
  • (Partir en) expédition

Et des mots spécifiques comme ceux définissant des :

  • Personnages emblématiques : roi, duc, brigand, général, concubine, ministre, etc.
  • Des types d’attitude : Chef accompli, Épouse & Épouses, Être Accompli, Femme, etc.
  • Des indications de lieu (par ex : points cardinaux)
  • Des indications de durée (3 ans, 10 ans, etc.)

Les termes mantiques eux se divisent en deux catégories :

Les douze différentes appréciations mantiques spécifiques

Le système précis de modulation de ces appréciations mantiques 

Les appréciations mantiques principales sont au nombre de douze, parmi lesquelles

  • 6 sont globalement défavorables :
    • Faute d’inadvertance
    • Danger
    • Regrets
    • Gêne
    • Fermeture
    • Aucun lieu n’est profitable
  • 6 sont globalement favorables : 3 par elles-mêmes :
    • Favorisant
    • Ouverture
    • Profitable de
  • 3 par négation de quelque chose de défavorable :
    • Pas de crainte à avoir
    • Absence de faute
    • Rien qui ne soit favorable

A cette différenciation, s’ajoute une appréciation mantique particulière : « Onde porteuse » est à part car l’orientation positive et/ou négative qu’elle peut indiquer dépend de la circonstance donc de l’hexagramme en général ainsi que la position de la ligne dans l’hexagramme.

La modulation des appréciations mantiques :

Unanimement négligées par les traducteurs européens, c’est la grande finesse du texte du Yi Jing. Comment pareil trésor a-t-il pu passer inaperçu ? Il y a plusieurs raisons à cela.

La première tient au mépris dans lequel était tenu le Yi Jing à l’époque colonialiste ; un texte indigène, divinatoire donc prélogique, ne pouvait pas avoir été composé avec rigueur.

A cela s’ajoute le fait que les idéogrammes utilisés comme modulations mantiques dans le corpus du Yi Jing sont des mots extrêmement courants, comme par exemple (You) qui signifie simplement « il y a » ou bien de simples négations, ce qui rendait leur fonctionnement modulatoire difficile à discerner.

Plus chinois encore, il y a aussi le fait que certaines modulations mantiques agissent « en creux », par leur absence. Et donc seule une mise en matrice du système pouvait faire ressortir leur non-présence comme significative.

Enfin, une dernière particularité des termes employés comme modulations mantiques montre bien qu’ils jouent le rôle de graduations des appréciations mantiques, (et que donc ils ne doivent jamais être interprétés pour leur signification propre usuelle) tient au fait que ces termes n’apparaissent jamais dans le texte des hexagrammes de manière isolée ou en fin de phrase (comme cela peut être le cas pour les appréciations mantiques).

Ces modulations mantiques sont au nombre de 6, ou plutôt 5 pleines + une vide, nombres qui ne sont pas sans signification symbolique puisque le 6 est la clef de sol des hexagrammes et le 5 l’emblème numérique de tout ce qui est organisé de manière dynamique et féconde.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux