100 mots pour comprendre les Chinois

Amitié 友

Dans ce mot, 友 yǒu , le signe de la main est répété deux fois.

Une fois sous la forme 又 yòu, dont la graphie originelle représentait une main vue de profil, et une autre par la graphie 𠂇 qui est une variante de la même main mais tournée de l’autre côté.

Il représente donc deux mains se réunissant mais dans un geste différent de celui de la traditionnelle salutation féodale.

Imbriquées l’une dans l’autre à égalité de niveau, elles forment ici le geste universel évoquant l’amitié, la seule des cinq relations sociales définie par Confucius qui ne soit pas hiérarchique, celle qui permet de supporter les quatre autres: souverain / sujet, mari / femme, père/fils, aîné/cadet.

C’est pour cela qu’elle est si précieuse aux yeux des chinois

Pour nous ouvrir les portes de l’univers et du mode de penser chinois, Cyrille Javary s’est livré à une sorte d’inventaire à la Prévert en racontant les mille et une histoires que contiennent les idéogrammes. Conçus il y a trente-cinq siècles, restés inchangés dans leurs principes, ces signes, qui sont des dessins d’idées, véhiculent des valeurs tout en suivant une logique singulière. Comment font donc les Chinois pour écrire les produits de la modernité tels que Coca-Cola, e-mail ou laser ? Et quels caractères utilisent-ils pour désigner les idées nées en Occident comme « république », « jeux olympiques » ou « liberté » ?
C’est à ce jeu réjouissant et instructif que nous invite Cyrille Javary : découvrir les multiples facettes d’un pays par son idéographie, sans avoir besoin d’apprendre à parler, voire à écrire, la langue chinoise moderne.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux